Accueil » Avec l’acquisition d’une machine de découpe laser Mazak, Labadis passe du service à la production

Avec l’acquisition d’une machine de découpe laser Mazak, Labadis passe du service à la production

Implanté à Laval (Mayenne) et spécialiste de l’organisation des flux d’usine, Labadis est passé d’une société de services à une entreprise industrielle à part entière. Pour ce faire, elle s’est équipée d’une machine de découpe Mazak OPTIFLEX 3015 Nexus Fiber. Du concept à la production de chariots, d’étagères et d’une multitude d’accessoires pour améliorer l’organisation des flux d’usine, l’entreprise de quinze personnes a su oser franchir le pas grâce à une machine laser fiable et polyvalente.
Lecture : 10 minutes

Les TPE françaises regorgent d’inventivité et d’audace. Et cela est avant tout dû à leurs dirigeants et dirigeantes et à leur manière parfois très différente de voir les choses. C’est tout à fait le cas de la société Labadis, une entreprise d’une quinzaine de personnes créée il y aura vingt ans en septembre prochain… Ancien ingénieur et spécialiste du Lean Manufacturing au sein d’un grand équipementier automobile, son fondateur Jean Labadie est à l’origine de plusieurs brevets, notamment celui portant sur l’attelage télescopique, un système permettant d’attacher plusieurs chariots entre eux à la manière d’un train, de façon simple et rapide (en quelques secondes) ; « ce système permet d’éliminer la présence de palettes et de stocker davantage de pièces sur moins d’espace » précise Jean Labadie. « En outre, ces chariots se chargent simplement dans un camion ».

Voici un exemple de produits conçus et développés ici, à Laval, et qui illustre parfaitement la philosophie de toute une société : la simplicité des tâches grâce à l’ingéniosité, le moins de déplacement possible (et surtout pas de déplacement inutile) et donc un gain de temps record offrant une réactivité maximale pour ses clients issus de multiples secteurs d’activité : de l’agriculture à l’outillage en passant par la grande distribution. Labadis a par exemple mis au point pour une grande chaîne de magasins d’articles de sport un chariot spécifiquement conçu pour transporter les vélos, « système qui a permis d’éliminer purement et simplement les casses et les dégradations tout en offrant des gains de productivité élevés ».

Le lean management poussé jusqu’au bout
Pour l’industrie cette fois, Labadis propose au marché français et international où elle réalise l’essentiel de son chiffre d’affaires – l’entreprise possède d’ailleurs une filiale en Chine – de nombreuses solutions comme des chariots, du stockage à plat, des étagères gravitaires, des racks dynamiques ou encore des portiques de chargement… mais également des services afin d’aider les usines et les entrepôts logistiques à mettre en place des méthodes 5S, lean manufacturing, Hoshin (élimination des actions sans valeur ajoutée), GRP (Groupe de résolution de problème) etc. ; « notre philosophie est d’être le « one stop shop » de toute l’organisation des flux : c’est-à-dire que nous faisons tout, y compris la production ».

Tous les produits fabriqués ici sont également utilisés au sein même de l’usine. Dans ce hall de 3 500 mètres carrés, le calme et la sérénité dominent. Pourtant, l’atelier composé d’innombrable systèmes astucieux de stockage et de rayonnage au sol – « qui permettent, grâce à l’élimination de tout risque de chute, de comptabiliser aucun accident en vingt ans ! » – produit pour près de 2,5M€ de chiffre d’affaires annuel. Chaque poste de travail fonctionne en îlot, particulièrement pensé pour le confort de l’opérateur et pour limiter au maximum chaque déplacement. Tout est soigneusement rangé, intelligemment réfléchi… à l’image de l’offre complète que propose Labadis à ses clients. Mais pour parvenir à maîtriser toute la chaîne et à atteindre des niveaux extrêmes de réactivité – et ainsi réduire au maximum les délais d’attentes pour ses clients – l’entreprise a décidé il y environ six ans d’internaliser la production, un métier entièrement nouveau pour Labadis, qui passe ainsi de société de conseil, puis de stockage, d’expédition et de montage, à une entreprise industrielle. Pour y parvenir, Labadis fait l’acquisition d’une plieuse et d’une machine de découpe laser Mazak OPTIFLEX 3015 Nexus Fiber.

Une machine laser pour devenir autonome sur l’ensemble de sa production
Si, pour une entreprise non industrielle, investir dans un centre laser et travailler de la tôle relèvent de la folie, pour Jean Labadie, c’était une évidence pour gagner en autonomie. « Proposer une offre complète et ne plus dépendre des prestataires supposait de tout intégrer, de la conception (grâce à notre bureau d’études) à l’expédition à l’aide de nos solutions de stockage simples en passant inévitablement par la production » précise le dirigeant. « En somme, ici, nous faisons tout à l’exception de l’injection plastique ». Par ailleurs, la machine de découpe laser Mazak OPTIFLEX 3015 Nexus Fiber a permis à Labadis de réduire ses stocks.

Entre organisation lean et poste de soudage, le centre laser a toute sa place dans la partie « métallerie » de l’atelier. « Notre offre porte sur des produits spécifiques, sur mesure, parfois uniques, mais aussi sur une offre très standardisée, à l’exemple de notre petit train de chariots. Dans tous les cas, nous devons concevoir, développer, produire et livrer en moins de cinq jours – pour 90% de nos produits – et en moyenne trois à quatre jours. Mais pour être aussi réactifs et répondre pleinement aux demandes – souvent urgentes – de nos clients, nous avions besoin d’investir dans une machine laser fiable ».

Idéale pour les besoins de Labadis, le centre laser Mazak OPTIFLEX 3015 Nexus Fiber s’adapte autant au travail de pièces unitaires que de petites séries sur des pièces de tôle fine et moyenne. « Le passage d’une série à l’autre s’effectue rapidement et simplement grâce à la bonne accessibilité en raison de la grande porte latérale de la machine ». Cette machine d’une puissance de 2,0kW donne la capacité à l’entreprise de découper des tôles allant de 1,5 à 10 mm d’épaisseur. « Cette capacité permet de répondre aux besoins de Labadis tout en consommant peu en raison de sa technologie fibre, plus économique en énergie » assure Eric Gallou, directeur commercial en charge du projet avec l’entreprise Labadis. « Cette technologie a permis de diviser par 3 ou 4 les coûts d’utilisation ». Ce qui rend d’autant plus intéressant et pertinent l’investissement dans une machine de découpe laser fibre, y compris dans une société se lançant dans le travail de la tôle. « 70 % des clients de machines laser sont des ’’découpeurs’’ » rappelle Eric Gallou. « Ce n’est pas le cas de Labadis dont le métier est très différent. Leur utilisation du centre Mazak démontre qu’une société de quinze personnes peut se lancer dans la découpe laser pour produire elle-même de la petite série. C’est tout à fait possible ».

Fiabilité reconnue des machines Mazak et accompagnement à tous les niveaux
Labadis a fait l’acquisition de la machine laser Mazak OPTIFLEX 3015 Nexus Fiber il y a un peu plus de six ans. Après avoir étudié le marché, Jean Labadie confirme que « Mazak était bien placé par rapport aux autres fabricants du marché et je connaissais la forte réputation de fiabilité de leurs machines. Aucun souci n’a été à déplorer et lorsque l’on en a eu besoin, nous avons constaté la forte réactivité du service après-vente ».

La machine dispose d’un réglage du point focal automatique ainsi que d’un changeur de buses automatique, permettant de changer de série instantanément ; de plus, le système de mesure de bord de tôle automatique permet en effet de repérer la position de la tôle : « il suffit de déposer la chute de tôle sur la table de manière approximative et le système se positionne de lui-même pour découper ». Au total, la machine laser OPTIFLEX 3015 Nexus Fiber possède un réglage automatique du diamètre du faisceau, de la distance de la pièce, de la mise au point et du changement de buse. « En plus de la commande tactile et intuitive, tout est automatisé et tout s’enchaîne sans réglage particulier de notre part » souligne Jean Labadie. « Le laser nous aide à réaliser des prototypes et procéder à des essais sur des tôles fines. Il nous a permis de gagner fortement en réactivité, en matière de stocks et temps d’opérations. Il nous a également fait gagner de l’argent » ; un aspect non négligeable, en période de crise comme en temps normal.

Associé au logiciel de CAO-CFAO Smart System Jr. également fourni par Mazak sur plusieurs postes, l’intégration de cette nouvelle technologie par la société Labadis a été très aisée. L’accompagnement de Mazak a rapidement permis de rentrer en production et de facilement profiter des avantages et performances de l’OPTIPLEX 3015 NEXUS FIBER.

Il apparaît clairement que le choix d’intégrer la technologie laser fibre illustre parfaitement les compétences de la société en termes d’optimisation de flux d’usine, puisqu’au sein même de sa propre organisation elle a su en faire la démonstration.

Lire la suite
Sur le même sujet

NUM commercialise des moteurs électriques linéaires conçus spécifiquement pour les machines-outils

Le spécialiste de la commande numérique NUM vient de commercialiser une gamme de servomoteurs linéaires destinée aux machines-outils et conçue spécifiquement pour fonctionner en continu. Jusqu’à présent, la plupart des moteurs linéaires du marché étaient conçus pour une automatisation générale impliquant des capacités de positionnement rapide entre un point A et un point B mais […]

Construire un avenir sûr et efficace pour l’industrie agroalimentaire

Au cours des deux dernières années, la santé des personnes a fait l’objet d’un regain d’attention avec en premier résultat un resserrement des réglementations dans l’industrie de l’alimentation et des boissons. En raison de ces réglementations plus strictes, chaque élément de la fabrication d’aliments et de boissons est examiné de plus près, proposant des meilleures […]

Accouplements à brides rigides en torsion pour entraînements avec moteurs à combustion interne

Un exemple typique d’utilisation des accouplements Dentex FL est leur montage entre le moteur diesel et la pompe hydraulique. L’accouplement permet une liaison par conformation entre le volant moteur et l’arbre de la pompe, le centrage de la pompe s’effectuant via le boîtier SAE. Les brides en polyamide renforcées de fibres de verre de l’accouplement […]