Accueil » Le secteur industriel français est en difficulté, selon ING

Le secteur industriel français est en difficulté, selon ING

Pour la filiale française de l'établissement bancaire, la production industrielle a baissé plus que prévu en France en décembre. Par rapport à avant la pandémie, le secteur industriel français se trouve en moins bonne posture que dans les pays voisins européens.
Lecture : 4 minutes

Selon une étude menée par ING, le rebond industriel de la France serait moins important que chez ses voisins européens. La fin du confinement de novembre n’a pas permis à la production industrielle française de rebondir, au contraire. Elle a diminué pour le deuxième mois consécutif, et plus que prévu, de 0,8% après une chute de 0,7% en novembre. Sur un an, la production industrielle est en baisse de 3%. Cette baisse est à mettre sur le compte de l’industrie manufacturière. Celle-ci a baissé de 1,7% en un mois, notamment en raison de la baisse de fabrication de biens d’équipements et de produits industriels, ainsi que de la chute de la cokéfaction et du raffinage. Mais elle s’explique aussi par la forte baisse mensuelle observée dans le secteur de la construction (-8.7% en décembre).

Des voisins européens qui font mieux que la France

Comparativement à ses voisins européens, l’industrie française se trouve en plus mauvaise posture. En effet, la baisse de la production observée en décembre 2020 par rapport à décembre 2019 en Italie (-1,9%), en Allemagne (-0,7%) ou en Espagne (-0,6%) est bien moindre que la chute de 3% observée en France. Par rapport au mois de février 2020, soit le dernier mois avant le confinement, la chute de la production industrielle française est également beaucoup plus importante que les voisins européens (-4,9% contre -3,7%, -3,6% et -0,5% pour respectivement l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne).

Le secteur industriel français est probablement plus touché par la crise actuelle que celui des pays voisins en raison de sa structure et de sa composition. La production de machineries et de biens d’équipements est ainsi une plus petite part de la production industrielle en France qu’en Allemagne ou en Italie (voir ici). Cela implique que la France bénéficie moins de la reprise économique en Chine que ses voisins. En outre, la production en France est fortement orientée vers le secteur aéronautique qui souffre bien plus de la crise sanitaire actuelle. Cela étant, la faiblesse du secteur de la construction (-10,9% depuis février) indique aussi que les secteurs orientés vers le marché domestique souffrent également fortement.

Un moteur en panne

Cette mauvaise performance du secteur industriel français est une mauvaise nouvelle pour les perspectives conjoncturelles. En effet, les confinements et mesures restrictives touchant principalement le secteur des services, l’industrie est devenue le moteur principal des économies européennes actuellement. Or, en France, ce moteur n’est pas très dynamique à l’heure actuelle, et les perspectives ne sont pas spécialement très encourageantes. L’indice PMI manufacturier a certes augmenté en janvier pour atteindre 51,6 et se positionner au-dessus de la barre de 50. Mais il reste plus faible que l’indice PMI manufacturier en Allemagne (57,1) et en Italie (55,1), ce qui souligne que les perspectives sont moins positives en France que dans le reste de l’Europe. Cette faiblesse du moteur industriel pourrait in fine conduire la France a de moins bonnes performances économiques qu’espérées.

Télécharger l’étude

Lire la suite
Dominique Dubois
Rédacteur en chef de la Revue Trametal. Lorem ipsum,Rédacteur en chef de la Revue Trametal. Lorem ipsum