Accueil » La France et l’Allemagne lancent un appel à projets commun pour des projets d’innovation sur l’intelligence artificielle

La France et l’Allemagne lancent un appel à projets commun pour des projets d’innovation sur l’intelligence artificielle

Grâce à des projets d'innovation communs dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), la France et l'Allemagne vont approfondir leur étroite coopération dans ce domaine. Dans le cadre d'un nouvel appel à projets, les deux pays mettent à disposition des aides à hauteur de 10 millions d'euros chacun pour les trois prochaines années, dans le cadre du Programme des investissements d’avenir s’agissant de la France et dans le cadre du programme « Entwicklung digitaler Technologien » s’agissant de l’Allemagne.
Lecture : 5 minutes

Grâce à des projets d’innovation communs dans le domaine de l‘intelligence artificielle (IA), la France et l’Allemagne vont approfondir leur étroite coopération dans ce domaine. Dans le cadre d’un nouvel appel à projets, les deux pays mettent à disposition des aides à hauteur de 10 millions d’euros chacun pour les trois prochaines années, dans le cadre du Programme des investissements d’avenir s’agissant de la France et dans le cadre du programme « Entwicklung digitaler Technologien » s’agissant de l’Allemagne.

Acquérir une expertise de niveau mondial

Les propositions de projet peuvent être soumises jusqu’au 29 avril 2021. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des finances et de la relance, a fait la déclaration suivante : « L’intelligence artificielle est un défi majeur pour l’Europe. Au 21e siècle, les nations qui pèseront sur la scène internationale seront celles qui maîtriseront les nouvelles technologies, dont l’intelligence artificielle. Dans la bataille internationale pour l’IA, l’Union européenne affiche de très fortes ambitions : acquérir une expertise de niveau mondial, attirer les meilleurs talents, développer des technologies de pointe et diffuser l’IA dans les entreprises, les administrations et dans tous les territoires. Pour répondre à ce défi, l’Allemagne et la France proposent aujourd’hui un dispositif concret visant à favoriser une offre technologique innovante, au service de l’intérêt européen commun ».

Renforcer l’écosystème européen de l’IA

Peter Altmaier, ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie, a déclaré à ce propos : « La France et l’Allemagne souhaitent être une force motrice de l’intelligence artificielle en Europe. Grâce à cette approche commune, nous renforcerons l’écosystème européen de l’IA et aborderons conjointement des questions technologiques importantes dans le cadre de projets concrets. Une bonne coopération au sein de l’Europe, entre les États membres, l’industrie et les sciences est essentielle pour que nous puissions exploiter le potentiel de l’intelligence artificielle pour l’économie et la société. Dans le même temps, nous renforçons la compétitivité européenne. »

 Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques déclare : « l’Intelligence Artificielle est une technologie diffusante dont les impacts seront sensibles dans tous les pans de l’économie. Au-delà des efforts nationaux et de la stratégie française, le renforcement des liens avec l’Allemagne dans ce domaine est une preuve supplémentaire de l’ambition de l’Union Européenne pour l’IA. Nous devons accélérer pour jouer pleinement le rôle international qui est le nôtre. »

Le nouvel appel à projets vise à soutenir financièrement des projets d’innovation entre la France et l’Allemagne sur les technologies d’intelligence artificielle. La coopération est basée sur le traité d’Aix la-Chapelle de 2019. L’appel à projets est opéré par Bpifrance et DLR Projektträger. Le développement de l’écosystème européen de l’IA doit être au centre des projets conjoints. L’objectif est de renforcer la souveraineté économique de l’Europe et de rendre l’économie plus résiliente. La science et l’industrie travailleront ensemble dans le cadre des nouveaux projets d’innovation en matière d’IA.

 Ces derniers peuvent porter par exemple sur des applications dans le domaine du développement durable ou sur des améliorations dans le secteur de la santé. Ils seront basés sur des technologies d’intelligence artificielle utilisées pour la prévention des risques, la gestion des crises et la résilience. Des projets portant sur des questions transversales, telles que le partage de données ou la création de synergies basées sur des infrastructures existantes comme GAIA-X, sont également possibles.

Lire la suite
Sur le même sujet

Ellistat se développe à vitesse grand V

A l’origine de ce succès, une histoire d’hommes, de transmission de père en fils, tous deux ingénieurs de formation. Le logiciel phare d’Ellistat nommé APC -Automated Process Control-, est en effet issu de dix ans de développements initiés par le père du fondateur Maurice Pillet (statisticien formé à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, Directeur de recherche au Laboratoire SYMME, inventeur des concepts de tolérancement […]

AddUp Dashboards : le logiciel de monitoring multi-échelles

La progression du statut en un clin d’œilAddUp Dashboards collecte et affiche sous la forme d’une cartographie exhaustive les données d’un grand nombre de machines,quel que soit leur emplacement physique.Cette vue personnalisable de l’ensemble du parc machine expose en temps-réel progressions, temps de production restant et statut courant. Les utilisateurs ont ainsi la possibilité de […]

SIMODEC : le Cetim dévoile ses dernières avancées en matière d’innovation et de connectivité machines.

Le Cetim, institut technologique labellisé Carnot et ses partenaires d’ID Center, (Alpège, CCI Haute-Savoie, CMA Haute-Savoie, Chambre Syndicale de Métallurgie de la Haute-Savoie, OSST, Syndicat National du Décolletage et Thésame), seront présents au SIMODEC sur un stand commun de 180 m², propice à la coopération et à l’action. Au sein de cet espace, les collaborateurs de […]